burger menu

LA REVUE DE PRESSE

1932... Un jeune officier signe un essai : "Le fil de l'épée". Il se nomme Charles de Gaulle. René Clair tourne "14 juillet". Les Pitoeff créent "Oedipe" d'André Gide. Le fils de Charles Lindberg est kidnappé. Aristide Briand est mort. Maurice Chevalier s'est retiré de la scène pour faire du cinéma. Jean Nohain et Mireille viennent d'écrire "Couché dans le foin", créé par Pills et Tabet... Voilà ce que la presse nationale "branchée" relate dans ses colonnes.

Et un petit journal du quartier de Ménilmontant fait le compte-rendu des quatre représentations de "La Passion" données avec un grand succès par les habitants du cru. Avec prémonition le journaliste termine son article ainsi : "Que la Passion de Ménilmontant devienne vite une tradition et que chaque année la foule s'y presse". Il ne croyait pas si bien dire car dès l'année suivante on refuse plus de 1 200 places et le même journaliste écrit : "Il faut que chaque année on sache que sur un point de cet immense Paris, revit l'image du drame du Golgotha. Il faut créer une tradition."

Paris Soir

C'est en 1935 qu'une vingtaine de journaux de France et au delà, se font avec enthousiasme l'écho de ces représentations. LE JOUR, LA CROIX, LE PETIT JOURNAL ILLUSTRÉ, PARIS-SOIR publient même des photographies.

LE NEW YORK HERALD, qui titre " Le Christ aux Faubourgs" précise : "On peut se réjouir que Paris offre enfin sur une scène, des représentations de "La Passion de Jésus", données dans les conditions de réussite, de naïveté et de fraîcheur désirables".

LE MONDE : "Aucune intrigue n'encombre inutilement l'évocation de la semaine Sainte et le plein feu final sait garder une rare discrétion. C'est peu dire que l'on sort du spectacle pieusement servi, ému."

La radio est toujours sur la brèche et Pierre Hiégel pour RADIO LUXEMBOURG en 1950 enregistre l'intégrale du spectacle. De très beaux articles largement illustrés de nombreuses photographies vont alors fleurir dans les grands magazines.

PARIS MATCH complète son important reportage en indiquant : "Jamais sans doute la tragédie du Golgotha jouée par des acteurs de métier n'a été interprétée comme par ces ouvriers de Ménilmontant avec un tel réalisme et dans un tel mouvement d'exaltation et de foi. C'est qu'ici on ne joue pas la Passion, on la vit."

L'ÉCHO DE PARIS

La télévision, elle aussi, parle de la Passion. Avec Roger Féral et Jacques Chabannes, TÉLÉ PARIS dès 1957 présente les principaux acteurs et, en 1959 , ce sont les actualités PATHÉ JOURNAL qui consacrent leur séquence "reportage" à La Passion sur la Butte de Ménilmontant.

Parmi tous les journaux qui vont s'intéresser à cette Passion, citons TÉLÉRAMA, ELLE, LA VIE, LE QUOTIDIEN DE PARIS  : "Un spectacle à ne pas manquer.", LE NOUVEL OBSERVATEUR  : "C'est formidable de pouvoir lancer le message de paix par excellence : aimez-vous les uns les autres."

LE FIGARO

OUEST FRANCE  : "La plus pauvre des Passions d'Europe - aucune subvention - continue de drainer des milliers de spectateurs de Paris, de province et même de l'étranger", LE FIGARO : "L'an prochain, dès la première semaine de Carême, précipitez-vous au Théâtre de Ménilmontant", LE PÉLERIN lui, réserve sa couverture et indique que "La Passion adaptée, épurée, poursuit depuis soixante ans son chemin dans les coeurs".

Jean Offredo à TF1 : "Ils jouent pour un public attentif et chaque fois plus important avec une ambition pourtant délicate : renouveler sans le trahir un drame sacré et millénaire."

Sur FRANCE 2, François Foucart témoigne : "Il est étrange de se dire que le seul spectacle qui n'ait pas vieilli depuis 2000 ans et à Ménilmontant depuis 1932 soit la Passion de Jésus", et il est dit dans le Cercle de Minuit : "Il s'y joue un rapport réel à la foi. On en sort subjugué !"

FRANCE 3 : "La Passion fait vibrer, chaque année, un texte vieux de 2000 ans. Deux mille ans et pas une ride..."

PARIS PREMIÈRE : "Depuis 1932, les habitants de Ménilmontant sont les acteurs d'une grande fresque généreuse adaptée des quatre Evangiles."

À NOUS PARIS - L'HEBDO DU MÉTRO : "Le public vient d'abord voir une équipe aux accents de Ménilmontant, pas un casting de célébrités."

RADIO NOTRE-DAME : "On se déplace de province, et même de l'étranger, pour voir cette Passion... l'une des plus réussies d'Europe."

La Croix : "Deux heures de représentation, d'inventions scénographiques, de pédagogie, de magnifique émotion. Tout est connu d'avance, mais quelle résonance !"

France Inter : "En plein cœur de Paris, il y a encore des histoires de famille et de quartier. La Passion à Ménilmontant en est la meilleure preuve."

Le Parisien : "Tout le quartier s'est mobilisé de père en fils. Cette Passion est une véritable épopée populaire, un témoignage fervent, enthousiaste, dépouillé, d'une belle sobriété."

Le Point : "Avec une grande recherche esthétique pour les costumes et les éclairages, 60 comédiens amateurs jouent, d'une année sur l'autre, un personnage différent ou le même. Et c'est superbe !"